Migration À Travers Afrique

Les tendances migratoires en Afrique sont diverses, la plupart des migrants se déplaçant à l'intérieur du continent et même au niveau intra-régional, comme en Afrique de l'Ouest et de l'Est, où il existe des protocoles établis pour la libre circulation des citoyens. Les informations présentées ici se concentrent sur les dynamiques migratoires mixtes par sous-région et routes qui sont connues pour être risquées pour les personnes en déplacement, et donc pertinentes pour le Projet Migrants Disparus.

Migration en Afrique : Contexte, en bref

Les tendances migratoires en Afrique sont diverses, la plupart des migrants se déplaçant à l'intérieur du continent et même au niveau intrarégional, comme en Afrique de l'Ouest et de l'Est, où il existe des protocoles établis pour la libre circulation des citoyens. Les informations présentées ici se concentrent sur les dynamiques migratoires mixtes par sous-région et routes qui sont connues pour être risquées pour les personnes en déplacement, et donc pertinentes pour le Projet Migrants Disparus.

 

Afrique du Nord 

L'Afrique du Nord est depuis longtemps un lieu d'origine, de transit et de destination des migrations. Le Maroc et la Libye en particulier sont depuis longtemps des destinations pour les migrants à la recherche d'opportunités d'études, de travail ou fuyant les persécutions ; cependant, la sécurisation accrue des frontières et l'instabilité politique ont conduit à une augmentation des mouvements irréguliers vers et à travers ces pays. Les migrants qui voyagent de manière irrégulière en provenance de pays d'Afrique subsaharienne, dont beaucoup sont originaires de pays d'Afrique de l'Ouest ou de l'Est, doivent faire une longue traversée du désert du Sahara. Ce voyage est intrinsèquement dangereux en raison des conditions environnementales difficiles et de la durée, mais aussi en relation avec les contrôles aux frontières et les pratiques de contrebande. Prendre des routes terrestres éloignées pour éviter d'être détecté, rouler dans des véhicules surchargés et mettre généralement sa sécurité entre les mains des facilitateurs de la contrebande et des trafiquants est devenu une pratique courante et nécessaire pour que les gens puissent effectuer ce voyage. Pour plus d'informations sur la migration irrégulière et les migrants disparus sur les routes de l'Afrique du Nord à travers la mer Méditerranée, cliquez ici.

 

Afrique de l’Ouest 

La migration internationale est plus répandue en Afrique de l'Ouest que dans toute autre région du continent, en partie à cause, de l'accord de libre circulation entre les pays membres de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Les déplacements dans cette région sont en grande partie illimités, ce qui signifie que les migrants peuvent généralement se déplacer librement dans une relative sécurité. Cependant, les régions du Nord du Niger, du Mali et du Burkina Faso peuvent être dangereuses en raison de la sécurisation accrue de nombreuses régions frontalières utilisées pour la migration transsaharienne. Les migrants empruntent également la route de l’Atlantique vers les îles Canaries depuis la côte de l’Afrique de l’Ouest et le Sud du Maroc pour atteindre les îles Canaries espagnoles.

 

Afrique de l’Est 

La migration irrégulière en Afrique de l'Est est à la fois intra et extrarégionale. Les personnes qui émigrent de l'Afrique de l'Est suivent trois routes principales : via la traversée terrestre et maritime de la corne de l'Afrique au Yémen et ensuite vers le Royaume d'Arabie Saoudite (souvent appelée en Afrique de l'Est la «Route de l'Est»), via le désert du Sahara vers l'Afrique du Nord et certains éventuellement vers l'Europe (appelée la «Route du Nord»), ou via la «Route du Sud» vers l'Afrique du Sud. Le recours à des passeurs sur ces routes est répandu et, plus inquiétant encore, les enlèvements et la traite des êtres humains de migrants sur les routes.

 

Afrique centrale et australe 

La migration irrégulière dans ces régions d'Afrique n'est pas aussi bien comprise comparé à d'autres types de migration sur le continent, avec seulement quelques sources de données disponibles sur certaines routes. L'une des plus documentées est la «Route du Sud» de l'Afrique de l'Est à l'Afrique du Sud, à la Zambie, au Malawi et au Mozambique. Cet itinéraire de 4.000 kilomètres, se caractérise par des conditions environnementales et de déplacements difficiles, avec un accès souvent inexistant aux services de base. Cette route, longtemps utilisée par les migrants à la recherche d’un travail en Afrique du Sud, continue d'être utilisée en raison des flux importants de réfugiés en provenance des pays d'Afrique de l'Est, ainsi que des flux intrarégionaux liés aux manques d'opportunités et aux troubles civils en Afrique centrale et australe.

Aperçu des décès de migrants en Afrique

Désert du Sahara

L'ensemble de données du Projet Migrants Disparus, documente le décès de plus de 2000 personnes transitant par le désert du Sahara depuis 2014. Mais de nombreux experts estiment que ce nombre est bien plus élevé. La grande majorité des incidents enregistrés impliquent le décès d'une ou deux personnes dans des zones reculées. Ainsi, il est probable que d'autres incidents ne soient pas enregistrés et que le décès de nombreuses personnes dans le désert du Sahara ne soit pas prise en compte dans ces données.

Les migrants qui voyagent de manière irrégulière dans le désert du Sahara font face à des risques liés à la fois au danger inhérent à la traversée de ce vaste désert, ainsi qu'aux risques d'origine humaine liés à l'insécurité régionale et aux moyens irréguliers par lesquels les gens voyagent. La majorité des décès enregistrés sur les routes de migration à travers le désert du Sahara sont liés à la chaleur extrême et au manque d'abris pour les migrants en situation irrégulière, notamment la déshydratation, la famine et l'exposition, ainsi que la maladie et le manque d'accès aux soins de santé, ce qui est probablement exacerbé par l'environnement extrême. Les migrants décèdent également à la suite d'accidents de véhicules ou s'ils sont bloqués lors de leur transit dans des régions reculées du désert. Une plus petite proportion est décédée en raison de la suffocation à l'arrière de camions mal ventilés. La violence aux mains des passeurs, des trafiquants et des agents des frontières dans la région, représente également une proportion importante des décès sur les routes migratoires enregistrées dans le désert du Sahara.

 

Route de l'Atlantique vers les îles Canaries 

La route d'outre-mer de l'Afrique de l'Ouest et du Maroc aux îles Canaries espagnoles est empruntée par des milliers de migrants depuis au moins 1994. Des décès sont enregistrés chaque année depuis 1999 par des journalistes, des groupes de défense et, depuis 2014, par le Projet Migrants Disparus. La route vers les îles Canaries est extrêmement dangereuse, en grande partie, de la longueur du voyage outre-mer et du manque de capacités spécifiques de recherche et de sauvetage. Le point de passage le plus proche au Maroc est à environ 95 km (59 miles) outre-mer ; mais la grande majorité des départs sur cette route se produisent beaucoup plus loin, par exemple de Dakhla (environ 450 km ou 275 miles) ou Nouadhibou (environ 775 km ou 480 mi). Ces voyages peuvent signifier que les migrants sont en mer pendant des jours, voire des semaines, et que les bateaux sont souvent insuffisamment approvisionnés en nourriture et en eau pour ceux qui sont à bord. La longueur du voyage, ainsi que le fait que de nombreux migrants auraient perdu la vie en raison de la famine ou de la déshydratation en mer, signifient que les centaines de décès documentés en route vers les îles Canaries sont probablement un sous-dénombrement considérable du vrai nombre.

 

Corne de l'Afrique au Yémen 

Des centaines de milliers de migrants voyagent annuellement sur la route de la Corne de l'Afrique vers le Yémen et plus loin vers l'Arabie saoudite depuis au moins le début des années 2000. Cette route présente des dangers particuliers pour les migrants lors de la traversée maritime, que ce soit à travers le golfe d'Aden ou la mer Rouge, où ils risquent d'être naufragés ou violemment repoussés par les autorités.

Presque tous les décès de migrants enregistrés dans la Corne de l'Afrique se produisent sur cette route d'outre-mer, la plupart des rapports étant basés sur des publications des médias sur des incidents impliquant de nombreux décès, ou des rapports opérationnels dans des zones où l'OIM a une présence de surveillance. L'instabilité dans les pays des deux côtés du golfe d'Aden, rend une telle surveillance extrêmement difficile, et avec le risque de naufrages sans survivants, il est probable que d’avantage de personnes disparaissent sur cette route migratoire, que ce qui est réellement enregistré.

 

Route du sud 

Les migrants qui se déplacent de manière irrégulière de l’Afrique de l'Est vers l'Afrique du Sud - principalement via le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Mozambique et le Zimbabwe - sont également exposés à des risques importants. Les données du Projet Migrants Disparus sur les décès sur la route du Sud sont basées presque entièrement sur des reportages médiatiques impliquant des tragédies à grande échelle, dont beaucoup impliquent des décès liés aux modes de trafic de migrants. Les accidents de la route, la suffocation / asphyxie dans des camions insuffisamment ventilés ou la violence, ainsi que la maladie et le manque d'accès aux médicaments et aux soins de santé en cours de route sont courants lors des voyages vers le Sud. Certains décès ont également été documentés dans le fleuve Limpopo, à la frontière nord de l’Afrique du Sud, où, en plus des risques susmentionnés, les migrants risquent également de se noyer ou d’être attaqués par des crocodiles et des hippopotames. Des décès de migrants ont également été enregistrés dans l'océan Indien sur la route du Sud. Les bateaux partent de Mombasa au Kenya et voyagent vers le Sud le long de la côte de la République-Unie de Tanzanie, arrivant dans le Nord du Mozambique.

 

Des Comores à Mayotte 

Des milliers de personnes sont décédées sur la route migratoire de la nation insulaire des Comores, au large du Mozambique, vers le département français de Mayotte. Les Comoriens prennent des «kwassa-kwassa», des petits bateaux de pêche pour tenter de faire la traversée maritime d'environ 200 km, souvent de nuit. En 2012, un rapport du Sénat français estimait que 7.000 à 10.000 personnes étaient décédées en tentant de passer des Comores à Mayotte depuis 1995, mais que ce chiffre pourrait être bien plus élevé.

Collecte de données et défis  

La qualité et la couverture des données sur la migration en Afrique sont limitées, et lorsqu'il s'agit de documenter la migration irrégulière, y compris les décès et les disparitions de migrants, les défis et les lacunes en matière de collecte de données sont immenses. Les défis inhérents à la collecte de données sur les migrants disparus de manière plus générale sont rendus encore plus complexes lorsqu'il s'agit de vastes zones non surveillées telles que le désert du Sahara ou la côte Atlantique.

Il n'y a pas de sources officielles qui publient des données sur les décès ou les disparitions de migrants sur le continent, et contrairement à d'autres régions, le nombre élevé de langues et les faibles taux de médias numérisés en Afrique rendent la collecte de données à partir des rapports des médias très difficile. En tant que telles, les données du Projet Migrants Disparus dans la région proviennent principalement de témoignages de migrants témoins de décès recueillis dans le cadre d’initiatives d’enquête, principalement de l’Initiative de surveillance des migrations mixtes du Centre de migration mixte (4mi). Cependant, ces enquêtes ne peuvent jamais capturer qu'un petit échantillon du nombre total de migrants en transit en Afrique. Les initiatives d'enquête sont également susceptibles de changer au fil du temps, ce qui nuit à la continuité et à la comparabilité des données collectées.

Ressources

Décès et disparitions de migrants en Afrique

Décès et disparitions de migrants en Afrique Brian, T. (2017) “Le Moyen-Orient et le Nord de l’Afrique” dans Fatal Journeys 3 partie 2: Améliorer les données sur les migrants disparus. OIM, Genève.

Horwood, C. (2017) “Afrique sub-saharienne” dans Fatal Journeys 3 partie 2: Améliorer les données sur les migrants disparus. OIM, Genève.

Black, J. (2021) Migration maritime vers l'Europe: Focus sur la route vers les îles Canaries. OIM, Genève.

Black, J. (2020) ‘“Personne ne parle de ce à quoi cela ressemble vraiment” - les risques auxquels sont confrontés les migrants dans le désert du Sahara’ dans Migration en Afrique de l'Ouest et du Nord et à travers la Méditerranée. OIM, Genève.

Breen, D. (2020) ‘Au cours de ce voyage, personne ne se soucie de savoir si vous vivez ou mourez’: Abus, protection et justice le long des routes entre l’Afrique de l’Est et de l’Ouest et la côte méditerranéenne de l’Afrique. Centre de migration mixte et HCR, Genève.

Horwood, C. et A. Malakooti (2014) “De l'Afrique subsaharienne à l'Afrique du Nord: suivre les décès en cours de route” dans Fatal Journeys volume 1: Suivre les vies perdues pendant la migration.

Horwood, C. (2014) “Décès en route de la corne de l'Afrique vers le Yémen et le long du corridor oriental de la corne de l'Afrique vers l'Afrique du Sud” dans Fatal Journeys volume 1: Suivre les vies perdues pendant la migration.

Sénat français (2012). “Mayotte : un nouveau département confronté à de lourds défis”. https://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-675-notice.html

 

Données sur les migrations en Afrique, plus largement

Hovy, B., F. Laczko et R. N’Guettia Kouassi (2020) “Migration africaine: un aperçu des principales tendances” dans le Rapport sur la migration en Afrique. Commission de l'Union africaine et OIM, Addis-Abeba.

Black, J. (2020) “La question des données: le défi de la mesure de la migration irrégulière en Afrique” dans le Rapport sur la migration en Afrique. Commission de l'Union africaine et OIM, Addis-Abeba.

Portail des données sur les migrations: aperçus régionaux sur l'Afrique du Nord, l'Afrique de l'Est et l'Afrique australe.

TOTAL DÉCÈS ET DISPARITIONS

10 721
Migrants Disparus
enregistrés en Afrique
(depuis 2014)

DÉCÈS ET DISPARITIONS PAR ANNÉE

Route migratoire

DÉCÈS ET DISPARITIONS PAR MOIS

CAUSE DU DÉCÈS

Mixed or unknown icon 2699 Mixtes ou inconnues / Mixtes ou inconnus
Vehicle accident icon 1579 Accident de véhicule/décès lié à un transport dangereux
Harsh environmental conditions icon 1622 Conditions environnementales difficiles / manque d'abris, de nourriture et d'eau adéquats
Sickness / lack of access to adequate healthcare 901 Maladie/manque d'accès à des soins de santé adéquats
accident 75 Décès accidentel
Violence 1072 Violence
Drowning 2773 Noyade

PAR GENRE

NOMBRE D'ENFANTS

Latest incidents

Date Sort ascending ROUTE MIGRATOIRE CAUSE DU DÉCÈS DÉCÈS ET DISPARITIONS FEMMES ET ENFANTS SOURCE VOIR
17/10/2021 route de l`Afrique occidentale/Atlantique vers les îles Canaries 1 0 EFE, Tiempo de Canarias
12/10/2021 Uncategorized 1 0 UNHCR
09/10/2021 Uncategorized 6 0 IOM Libya, UNHCR
08/10/2021 route de l`Afrique occidentale/Atlantique vers les îles Canaries 10 0 IOM Spain, El Pais
07/10/2021 route de l`Afrique occidentale/Atlantique vers les îles Canaries 2 0 IOM Mauritania
30/09/2021 route de l`Afrique occidentale/Atlantique vers les îles Canaries 57 40 Helena Maleno, Dakhla Mobachir, New York Times
28/09/2021 Uncategorized 1 0 Salloum Confirmed News, Akhbar Libya 24
27/09/2021 Traversée du désert du Sahara 4 0 Kufra Ambulance and Emergency Agency, Akhbar Libya 24
25/09/2021 Traversée du désert du Sahara 14 0 The Office of the Libyan Public Prosecutor
24/09/2021 route de l`Afrique occidentale/Atlantique vers les îles Canaries 30 2 Parti Socialiste Unifié Bejaad, ALbejaadia24, Bejaad Online, Assabah, Assafir 24